passer le menu

 

breves Boulevard du Soubeyran fermé le jeudi 26 novembre de 8h à 16h

David Marquiran, un président heureux !

Lundi 03 octobre 2011

marquiran-g

David Marquiran (à gauche sur la photo lors de la remise officielle des trophées au théâtre de Mende) peut désormais souffler ! Les 300 bénévoles et le président du Moto Club lozérien ont réussi leur pari : organiser dans les meilleures conditions la finale du championnat mondial d'enduro à Mende.

1/ Quel bilan dressez-vous de ce championnat ?

Je suis très satisfait. Nous avons réussi à bien gérer l'organisation de ce championnat, dans les moindres détails. Le public, venu en masse, a été très bien accueilli. Nous avons rencontré qu'un seul problème : la gestion de la poussière. Sur arrêté préfectoral, il était impossible d'arroser les pistes, pourtant très sèches. Mais pour la sécurité des pilotes, nous avons quand même été obligés de mouiller avec parcimonie les pistes, seulement pour les "spéciales".

2/ Il était dit que Mende accueillerait 70 000 spectateurs. Cela s'est confirmé ?

C'est toujours difficile de faire une estimation. Mais il est vrai qu'il y a eu beaucoup de monde lors des trois jours du championnat. Il fallait voir la place Urbain V bondée lors des remises de médailles samedi et dimanche dernier ! Cela prouve que la moto plaît. L'enduro est un succès populaire !

3/ Les pilotes français n'ont pas démérité lors de cette finale...

Ils ont vraiment été à la hauteur. J'ai félicité avec joie Ludivine Puy et Jérémy Joly, que je connais depuis très longtemps. C'était beau et émouvant d'entendre la Marseillaise sur la Place Urbain V !

4/ Le MCL a organisé en 2008 et donc cette année la finale du championnat mondial d'enduro. Jamais deux sans trois ?

Pourquoi pas ! Mais avant de faire des pronostics, il faut que toute l'équipe récupère. Ces trois jours de championnat et toute la préparation en amont nous ont tous épuisés. Et puis, nous devons dresser un point financier. Nous verrons le reste par la suite.

Propos recueillis par Anne-Marie Vincent