passer le menu

La Grande Vadrouille

aerodrome

Tout le monde a déjà vu, au moins une fois dans sa vie, le film "La Grande vadrouille". Sortie le 1er décembre 1966 au cinéma, l'œuvre de Gérard Oury a été pendant quarante ans le plus grand succès cinématographique sur le territoire français avec plus de 17 millions de spectateurs.

Mais savez-vous où a été en partie tourné ce film ? Eh bien, à Mende ! Plus précisément à l'aérodrome de Mende-Brénoux pour une scène mythique : l'envol final en planeur de Louis de Funès et de Bourvil. Aujourd'hui encore, il est possible de voir la carcasse de la voiture ayant servi à la cascade !

Mende a fêté en 2016 les 50 ans de La Grande Vadrouille
2016 est l’année du 50e anniversaire du film La Grande Vadrouille de Gérard Oury. La Ville de Mende a organisé samedi 25 juin un événement festif sur l’aérodrome qui a été un des lieux de tournage.
 
aff-grande-vardrouille
 

Samedi 25 juin, de nombreuses animations ont été proposées toute la journée au public par la Ville mais aussi par des associations partenaires. Des planeurs, dont l’un était identique à ceux que l’on retrouve dans le film, ont effectué des démonstrations ou des initiations. Des baptêmes en avions et en ULM étaient également au programme. Une exposition retraçant les souvenirs des Mendois ayant participé au tournage a été présentée tout comme les réalisations des élèves de primaires qui ont travaillé sur l’affiche du film.

De nombreuses autres animations eurent lieu lors de cette journée anniversaire. En début de soirée, un apéritif et un pique-nique géant (tiré du sac) ont été organisés. Le clou de la journée est intervenu à la tombée de la nuit, vers 22h30, puisque le film La Grande Vadrouille a été projeté sur grand écran et en plein air. Chacun a pu découvrir ou redécouvrir ce classique du cinéma français à seulement quelques mètres d’un des lieux de tournage.
 

La ville de Mende a également servi de décor pour un film beaucoup plus récent : "Mesrine" d'André Génovès, sorti dans les salles obscures en 1984. Retraçant la vie de l'ennemi public n°1 de l'époque, il met en lumière l'envie du détenu avec son ami truand François Besse de détruire la maison d'arrêt de Mende dans laquelle il y séjourne.