passer le menu

 

breves Boulevard du Soubeyran fermé le jeudi 26 novembre de 8h à 16h

Un anniversaire festif pour célébrer l'occitan

Jeudi 13 juin 2013

occitan-2013-g

Longue vie à l'occitan ! Dans les rues de Mende, sur différentes places, à l'Espace des Anges, ou encore dans les jardins de la Résidence Piencourt, 2 000 enfants originaires de tout le département ont fredonné des chansons en occitan, ont dansé sur des airs occitans ou ont simplement parlé en occitan. Bref, l'heure était à la fête, jeudi 13 juin, à l'occasion de la 30e journée occitane !

"Les enfants sont vraiment tous contents de participer à cet événement. Même les parents qui les accompagnent sont ravis. Certains se disputent pour venir à cette journée !", a révélé Sylvie Guardia, directrice de l'école des Terres Bleues. Régine Bourgade, 1ère adjointe, s'est également réjouie de voir tout ce petit monde réuni le matin sur la place du Foirail comme elle l'a expliqué au micro : "En 1983, il y avait 60 enfants. Aujourd'hui, vous êtes 2 000 ! Vous faites honneur à l'occitan qui est une très belle langue". De son côté, Caroline Lombardi-Pasquier, inspectrice d'académie, a souligné le fait que "cette journée soit le point d'orgue d'un travail réalisé toute l'année avec les professeurs des écoles. Le programme est chaque année renouvelé".

Atelier dans les jardins de la Résidence Piencourt
Puisque cette année, la thématique était le jardin, la Ville de Mende a proposé ses services : des agents des Espaces verts sont venus aider les enfants scolarisés au Groupe scolaire Jean Bonijol et une quinzaine de seniors de la Résidence à réaliser un beau parterre fleuri.

"Ces plantations sont l'occasion de créer une activité intergénérationnelle avec un seul objectif : que tous parlent patois ou occitan", d'après Isabelle Rillot, directrice de la Résidence Piencourt. Pari gagné : les enfants ont échangé quelques mots avec les résidents, une petite fille confiant même qu'elle avait l'habitude "de parler en occitan avec sa grand-mère". Un anniversaire savouré, mais pas seulement par les jeunes...