passer le menu

 

breves Boulevard du Soubeyran fermé le jeudi 26 novembre de 8h à 16h

Michael Gregorio nous dit tout de ses premières fois !

Vendredi 25 novembre 2011
gregorioscene-g

La Ville de Mende : Vous vous souvenez de votre première imitation ?

On ne peut pas parler de première fois en imitation. Je m'amusais à interpréter les chansons de mes groupes favoris, Radiohead et Nirvana, quand mes amis ont trouvé que ma voix ressemblait à celle des leaders. C'est donc après que j'ai commencé à travailler ma voix sur des chansons populaires. À l'époque, j'imitais Pascal Obispo car mes sœurs l'écoutaient !

Quel a été votre tout premier rêve ? Devenir comédien ? Imitateur ? Chanteur ?

Je n'ai qu'une passion et ce depuis toujours : la scène. Je pourrais arrêter l'imitation mais pas la scène. Impossible. Ce qui est bien aujourd'hui, c'est que sur scène je joue la comédie, je chante et j'imite des artistes.

Quelle a été la première personne à avoir cru en vos capacités vocales ?

Avant Laurent Ruquier que tout le monde connaît, j'ai pu compter sur David Hardi, manager et producteur, et sur Philippe Saxe, coach à l'émission "Graines de Star".

D'ailleurs, "Graines de star" a été votre premier passage à la télévision en mars 2001. Dans quel état d'esprit étiez-vous ?

J'avais énormément le trac et des maux de ventre, c'était affreux ! Depuis, j'apprends tous les jours à gérer mon stress mais ce n'est pas évident...

Vous vous souvenez de votre toute première scène en solo ?

Oh oui, j'avais 14 ans. Je ne faisais pas d'imitation mais des sketchs à l'époque. Bon, j'étais très mauvais mais je me souviendrai toujours de cette première scène à Etain, dans la Meuse où j'habitais !

Quelle est votre première pensée en arrivant sur scène ?

Je me pose des questions en réalité : "Est-ce que le public est chaud ?", "Est-ce que tout va bien se passer ?". Avant de monter sur scène, j'ai un petit rituel : je parle beaucoup à mon équipe. Un peu comme un entraîneur, je gonfle mes gars que je connais depuis 5 ans !

Votre premier amour ?

Mes parents. Ils me soutiennent beaucoup mais je les vois peu ; ils habitent dans le sud-ouest.

Votre premier geste du matin ?

Je cherche mes lunettes ! J'ai une forte myopie.

Propos recueillis par Anne-Marie Vincent