passer le menu

 

breves Boulevard du Soubeyran fermé le jeudi 26 novembre de 8h à 16h

La collection ornithologique du musée Ignon-Fabre s'est refaite une beauté !

Mardi 06 mai 2014

 oiseauxrestaur-g

En septembre dernier, la collection ornithologue du musée Ignon-Fabre était envoyée chez les restaurateurs taxidermistes – Geneviève et Jean-François Hugues. La restauration est aujourd’hui achevée et les oiseaux sont désormais conservés avec le reste des collections du musée dans les réserves provisoires.

Constituée majoritairement du don du docteur Poussié de Marvejols en 1874, cette collection est extrêmement intéressante de par son ancienneté et son histoire. L’étude réalisée par le Muséum d’histoire naturelle de Paris a permis de déterminer les spécimens, leur origine et les différents taxidermistes qui sont intervenus.

Mardi 29 avril, en présence de Marie Paoli, conseillère municipale déléguée au Patrimoine, et de Jean-Marc Chevalier, président de la Société des lettres, sciences et arts de la Lozère, ils ont fait leur retour et le résultat est pour le moins spectaculaire !

Une restauration en profondeur
Cette restauration, réalisée de septembre 2013 à avril 2014, s’est déroulée en plusieurs étapes :
- La première, faire un constat approfondi de l’état mais aussi une étude des 105 oiseaux de la collection. Ainsi, les restaurateurs ont pu déterminer l’ancienneté ou la spécificité de certains spécimens comme la présence d’yeux en cire et en perle et non en verre. Mais ils ont également dû renoncer à la restauration de certains oiseaux, trop abimés ou avec des parties manquantes.
- La deuxième étape elle, a consisté au nettoyage et au dépoussiérage des spécimens avant que soient réorganisées les plumes et réparés puis colorés les becs et les pattes.

Les socles initiaux des oiseaux ont été remplacés par des socles classiques en chêne et les vieux perchoirs ont été changés pour des souches de genévrier, choisi pour ses propriétés anti parasitaires. Comme le veut la déontologie en matière de restauration, toutes les opérations réalisées sont repérables et réversibles.

Les oiseaux, tous âgés d’au moins 150 ans, ont ainsi retrouvé leur lustre d’antan et ont été rangés en réserve dans des étagères spécialement aménagées à cet effet. Ils n’attendent plus qu’à être exposés pour le plaisir de tous !