passer le menu

 

breves Boulevard du Soubeyran fermé le jeudi 26 novembre de 8h à 16h

La collection ornithologique du musée Ignon-Fabre a pris son envol

Mercredi 18 septembre 2013

oiseaux-musee-envol-g

Migration forcée pour les 109 oiseaux de la collection ornithologique du musée Ignon-Fabre. "Certains sont en très mauvais état. Il est donc indispensable de les restaurer", explique Jean-Marc Chevalier, président de la Société des lettres, sciences et arts de la Lozère. Des spécimens sont effectivement très empoussiérés, d'autres décapités mais aucun ne présente de traces d'infestation visible. Cependant, 31 oiseaux sont déjà irrémédiablement perdus car des parties essentielles sont manquantes. L’intervention portera donc sur 78 spécimens.

Un travail minutieux pour protéger les spécimens
La société Hugues Taxidermie s'est donc chargée, mardi 17 septembre, de récupérer dans des caisses spécifiques tous les oiseaux. Dépoussiérage, consolidation, resoclages éventuels, comblement des lacunes - yeux, becs, pattes... - seront au programme des deux restaurateurs agréés pour travailler sur les collections Musée de France. "C'est un travail très méticuleux qui prendra du temps", estime Geneviève Hugues.

Pour réaliser cette opération, plus de 26 000 € seront nécessaires, financés comme ainsi : 9 000 € par l’État, 5 000 € par la Région, 2 500 € par le Département, 6 000 € par la Ville de Mende et 3 800 € par la Société des lettres, sciences et arts de la Lozère.

Une collection particulière...
Parmi tous les spécimens, l'un d'entre eux a retenu l'attention des deux restaurateurs : un oiseau exotique insolite. "Ce qui fait également la rareté de cette collection, c'est son âge : deux siècles !", ajoute la spécialiste de la restauration. Cette collection a effectivement appartenu au docteur Poussié de Marvejols puis a été donnée en 1874 par son fils à la Société des Lettres, sciences et arts de Lozère pour intégrer le musée Ignon-Fabre.

Aujourd'hui, à travers cette étape cruciale de restauration, c'est une seconde vue offerte à la collection ornithologique qui n'avait pour l'heure jamais quitté les murs du musée Ignon-Fabre, rue de l'Epine.